Macération d'ail

• Présente une action préventive et curative par contact et par inhalation envers un large spectre de maladies et de ravageurs.

• Elle se caractérise par sa richesse en sulfures, disulfures et trisulfures qui stimulent la protéosynthèse.

• C’est un excellent répulsif gibier et rongeurs herbivores.

• Ne pas l’associer. À utiliser seule en alternance avec les autres préparations curatives : décoction de prêles, E.F. de fougère, huiles essentielles.

• Dosage recommandé d’usage : 10 % en pulvérisation foliaire (Consulter la fiche technique)

• Utilisable en agriculture biologique conformément aux règlements européens n°834/2007 et n°889/2008.

35,0099,00

Effacer

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions ND
Contenance

5,5L, 22,8L

Informations détaillées

  • La macération huileuse d’ail se caractérise par sa richesse en sulfures, disulfure, trisulfures contenus dans l’allicine.
  • Elle présente un très large spectre d’action sur maladies, ravageurs et gibiers.
  • Elle agit par contact et par inhalation.
  • Elle favorise la protéosynthèse.
  • Elle agît en curatif sur de nombreux insectes nuisibles :
    • Les pucerons (sauf les pucerons noirs du cerisier),
    • La mouche de l’oignon et du poireau,
    • Le psylle du poirier,
    • La mouche de l’olivier,
    • L’acarien (cucurbitacée),
    • Le doryphore (efficacité très variable de peu d’efficacité à 90 %),
    • La teigne de la pomme de terre,
    • Les thrips,
    • Les altises,
    • Les charançons,
    • Les bruches,
    • drosophila suzukii,
    • Les moustiques (larves et adultes).
  • Elle agît en curatif sur de nombreuses maladies cryptogamiques :
    • La cloque du pêcher,
    • Le marsonia du rosier,
    • L’oïdium de la vigne (très efficace avec une seule application) mais pas des cucurbitacées,
    • La moniliose des fruitiers,
    • La rouille du groseille,

  • Elle exerce une action répulsive de trois semaines à un mois contre les herbivores : cervidés, lapins, campagnols, mulots.

  • Son action favorable sur la protéosynthèse est supérieure à celle du souffre minéral.

  • Cette action sur la protéosynthèse contribue à éloigner les maladies et les ravageurs par défaut de sucres et d’acides aminés solubles dans les plantes en état de protéosynthèse optimale.

La macération d’ail est utilisable sur toutes cultures, en agriculture conventionnelle et aussi en agriculture biologique conformément aux règlements européens n° 834/2007 et n° 889/2008.

Pour une bonne conservation, les bidons sont remplis à ras bord. C’est pour cette raison que les contenances (5,5 L et 22,8L) ne sont pas des chiffres ronds.

Après ouverture et usage incomplet d’un bidon, pour une bonne conservation du reste, veuillez le comprimer pour chasser l’air et faire remonter la préparation jusqu’à ras bord.

  • Application foliaire le soir à la dose de 10 l/ha diluée dans 100 l d’eau en grandes cultures, 200 l/ha en arboriculture + Tensio-Actif 2 à 3 % du volume de bouillie (2 % de liquide vaisselle bio ou 3 % de savon noir liquide préférable lors de la présence d’insectes)
  • Ne pas faire de bas volume.
  • Application foliaire le soir à 5 % pour les pulvérisations en serre.
  • Possibilité de l’apporter tout au long du cycle de la plante à raison de 1 à 2 traitements par mois.
  • Si possible éviter les intervalles de moins de huit jours entre deux applications.
  • En traitement curatifs répétés tous les 8 jours, alterner les différentes préparations : décoction de prêles, macérations d’ail, E.F. de fougère, huiles essentielles.
  • La macération huileuse d’ail doit être appliquée seule.
  • Plusieurs heures avant utilisation, placer la préparation à une température ambiante de 20° minimum afin de défiger l’huile. Bien agiter le bidon avant utilisation pour homogénéiser le mélange d’huile et d’eau et former une émulsion.

  • Ne pas mélanger la macération d’ail avec les extraits fermentés ni avec la décoction de prêle.

  • Traiter impérativement le soir, jamais en pleine lumière (produit photosensible et risque de brûlures). C’est de plus le soir que les insectes sont plus fragiles.

  • Ne pas apporter de macération huileuse d’ail sur plantules ou bourgeons (risque de brûlures), attendre (≈15 jours) l’épaississement de la cuticule.

  • Vigilance pendant la floraison : pas de macération d’ail.

La macération d’ail est 100 % naturel. Elle respecte l’environnement, la santé, apporte de la résistance aux plantes et les protège. Elle s’emploie en agriculture, au jardin, par les collectivités locales et sur les sites ouverts au public. Vous pouvez la fabriquer vous-même. Ce mode préparatoire est issue des travaux de recherche de Éric Petiot :

– Hacher 10 kg d’ail bio.
– Ajouter 3 litres d’huile de colza bio, bien malaxer l’ensemble puis tasser et filmer hermétiquement.
– Laisser macérer pendant 12 heures. Durant la macération les composants sulfurés se lient à l’huile.
– Déposer la macération huileuse dans un tamis et verser l’eau à température d’environ 20° pour lessiver et emporter l’huile et les composants sulfurés de l’ail.
– Conserver les préparations au frais en cave par une température comprise entre 5 et 15 °.
– Avant usage, veiller à bien agiter votre contenant afin de réaliser une émulsion homogène (huile + eau) et mélanger avec un tensio-actif à la dose de 2 à 3 % du volume de bouillie.

« Les alternatives Biologiques aux pesticides » de Éric Petiot et Patrick Goater aux éditions de Terran

Cours de la formation « Les plantes pour soigner les plantes » de Éric Petiot : (http://www.eric-petiot.fr/)

Téléchargements